Notre chorale

Le concert de Noël    

Encore quelques secondes et nous allons faire notre entrée en chantant dans l’église. Pour l’instant, nous sommes rassemblés dans la sacristie, le cartable au bout du bras. Chaque année, cet instant est solennel, magique, excitant, un peu stressant aussi.

Depuis plus de deux mois, nous préparons ce concert chaque mercredi pendant la première heure de notre répétition hebdomadaire pendant laquelle des choristes d’autres paroisses viennent se joindre à nous. À cela il faut ajouter trois répétitions les dimanches après-midi et deux mardis soir avec l’orchestre de la Gouverneur Générale (GGFG : Governor General’s Foot Guards). La tempête de neige du mardi 9 décembre nous a empêchés d’avoir notre ultime répétition qui devait avoir lieu ce soir-là. Nous avons dû la reporter au samedi 13, soit quelques heures avant le concert.

Il est 19h 30. L’orgue entame « Venez Divin Messie ». La chorale fait sont entrée en chantant avec l’assemblée. Et les douze cantiques se succèdent. Tout se passe bien. Avant l’entracte, le petit ensemble de l’orchestre a exécuté plusieurs pièces. Ils ont ensuite accompagné deux cantiques. La seconde partie du concert débute avec sept morceaux exécutés par l’orchestre au complet. Ce soir-là, deux pièces sont   dédiées tout spécialement aux militaires qui sont à l’étranger. Le concert se termine par l’Alléluia, tiré de l’Oratorio « Le Messie » de G.F. Haendel. Un petit mot cependant au sujet du chant « Twelve Brassy gifts », adaptation et harmonisation de Howard Cable du chant bien connu « Twelve days of Christmas ». Dans cet arrangement, ce ne sont plus les perdrix, les poules et autres bêtes à plumes qui composent les cadeaux, mais des DVD de Bach, Haendel, Rossini, Wagner… Cette harmonisation est toute récente et nous avons eu la chance et l’honneur de l’interpréter pour la première fois devant public.

Le dimanche 21 décembre, nous remettions deux chèques de 3 000$, l’un à la Conférence Saint-Vincent-de-Paul et l’autre au Centre Miriam, fruits de la générosité des paroissiens et de nos commanditaires. C’est l’ultime récompense de ce travail de plusieurs mois : donner à ceux qui n’ont pas, aider ceux et celles qui traversent des périodes difficiles. 

 

La chorale se prépare pour  Noël  



Si vous étiez rentrés dans l'église St-Joseph dimanche après-midi, 9 novembre, vous vous seriez crus à quelques jours de Noël; peut-être auriez-vous pensé que vous aviez manqué les annonces du concert, à ce détail près qu'il n'y avait personne dans l'église, à part les choristes. Le Chœur d'Orléans, avec la participation de plusieurs choristes des paroisses environnantes, avait un atelier sous la direction de Diane Geoffrion.

Diane Geoffrion s'est fait connaître en Ontario comme formatrice dans des rassemblements de chorales. Diplômée en chant choral de l'Université de Montréal, elle a aussi étudié la direction musicale à l'Université de Sherbrooke et dirige le Chœur Classique des Basses-Laurentides (www.choeurclassique.org)

Avec Diane, nous avons repris certains chants que nous répétons depuis plus d'un mois en vue de notre concert (13 décembre). Ce qui est intéressant en musique, c'est que le travail n'est jamais fini. Il faut savoir respirer, contrôler son souffle; il y a des passages difficiles à revoir et à répéter, des nuances à apporter; chanter plus fort ici, mettre en relief un mot ici ou là... Voilà bien des éléments auxquels Mme Geoffrion nous fait penser avec une gestuelle bien précise et expressive. "Regardez-moi!" nous a-t-elle souvent rappelé. Et nous reprenions, en regardant mieux cette fois-ci ses gestes et sa mimique. Car son rôle essentiel est de nous faire penser à la même chose, au même moment, tous en même temps!

 Madame Geoffrion, vous aviez quelque 37 têtes devant vous. Nous n'en avions qu'une, mais c'est nous qui avions le meilleur. Merci de tous vos conseils qui nous aideront à nous améliorer encore et encore... En musique, on n’a jamais fini…